Weiji
medias

"Le numérique chevillé au coeur de Jean-Christophe Gilbert"

Issu de monde de la communication et des médias, à la tête de Weeeb, le vice-président du SPN en Deux-Sèvres s’investit dans l’organisation de Niort Numéric.


C’est la dernière ligne droite pour les organisateurs de Niort Numéric. La 6e édition se déroulera dans un mois, les 29 et 30  mars, à l’Acclameur à Niort sur la thématique de l’intelligence artificielle. Un sujet qui passionne Jean-Christophe Gilbert. Ce Niortais vient du monde de la communication et des médias. Il fera notamment partie de l’aventure du journal Guadalajara et ses 13  numéros, un So Foot avant l’heure. Autodidacte, il travaillera dans plusieurs agences de communication à Nantes, Paris … avant de fonder la sienne à La Rochelle en 1993. En 1997, il découvre internet et ne s’en détournera pas. « C’est l’époque des modems. Les ordinateurs peuvent désormais communiquer entre eux. Il y a quelque chose qui va se produire. Je perçois la révolution qui s’annonce. » Il devient alors directeur de Cyberscope, agence du groupe Marcireau, spécialisée dans la création de solutions internet. Après un passage dans l’industrie automobile, en 2003, l’entrepreneur se met à son compte et devient « un artisan de l’internet ». En 2010, il crée Weeeb, son agence de communication. « C’est un secteur qui évolue constamment, c’est en cela qu’il est intéressant. Par rapport à l’année dernière, il y a 30 % de choses que je ne fais plus, 30 % que je fais encore et 30 % que je n’ai jamais faites. C’est un renouvellement permanent. Aujourd’hui, je suis constructeur de plates-formes digitales, une sorte de chef de chantier qui rassemble les experts autour d’une problématique numérique, des besoins d’un client. J’essaye de faire intervenir majoritairement des partenaires locaux pour solutionner ces problèmes. »


Implication locale

Impliqué dans la vie locale, Jean-Christophe Gilbert rejoint le SPN dès les premières années. « Je trouvais très intéressant de faire émerger une filière numérique sur le territoire au même titre que l’agriculture ou le bois. C’était important de se structurer en tant que secteur à part entière, d’avoir un message commun, une identité partagée. » Il a notamment contribué à l’obtention du label French Tech en tant que vice-président au Conseil de développement de la Communauté de communes de Niort et depuis 2015, il est le vice-président du SPN pour les Deux-Sèvres. Il a également œuvré à la création de la Fabrique du Numérique, qui dispense des formations aux métiers du numérique.


Prise de conscience collective

A la suite de l’ouverture de l’Acclameur, en 2013, avec Pascal Duforestel et Bernadette Chaulet, ils imaginent un événement pour rassembler les acteurs du numérique dans le Niortais. « Une des réussites a été de faire venir dès la première année, l’américain Richard Stallman, le père du logiciel libre. A l’époque déjà, il mettait en garde sur comment Google ou Facebook connaissaient tout de nous en temps réel. Aujourd’hui, c’est la réalité, c’est ce que nous sommes en train de vivre. Cette conférence a été un grand moment de prise de conscience collective. Derrière internet et son utilisation, il y a des enjeux de droits de l’Homme, de protection des données. Avec le thème de cette année, nous continuons dans cette même veine. En France, nous sommes des nains, nous ne sommes qu’une colonie numérique des Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon …) et il n’y a aucune alternative développée pour nous sortir de cette vassalisation des données. Et le constat ne fait que s’aggraver au fil des années. » C’est ainsi que Jean-Christophe Gilbert a pris part au projet de fondation digitale LoveCanDo*. « A l’heure où les géants du numérique exploitent nos données, il faut mettre de l’amour dans nos savoir-faire. C’est un projet collectif, pour faire avancer cette réflexion. Aujourd’hui, il faut passer à la vitesse supérieure avec plus de financements, plus de formations. Les décideurs, les chefs d’entreprise, le public doivent prendre conscience de cette révolution, de ses enjeux et de sa rapidité de mutation. »

M. W.


*Jean-Christophe Gilbert interviendra pour présenter le projet de fondation LoveCanDo, le jeudi 29 mars, à 11h30, sur la scène ouverte. Tout le programme de Niort Numéric est en ligne sur www.niort-numeric.fr.


http://www.info-eco.fr/numerique-cheville-coeur-de-j-c-gilbert/583053

Solidarité pendant le premier confinement - Mars 2020

Nous proposons d'aider bénévolement toute entreprise pour renforcer leur communication de crise. 

Jouer collectif, Jean-Christophe Gilbert connaît. Il fut l’un des fondateurs du magazine de football « Guadalajara » au mitan des années 1990. On y parlait football sous des angles originaux, un peu comme le fit « So Foot » des années après. Jean-Christophe Gilbert, cofondateur de Niort numéric, est aussi coprésident du SPN, syndicat des professionnels du numérique, une association qui réunit plus de 180 entreprises œuvrant dans le numérique en Poitou-Charentes.


« Ce n’est quand même pas banal, toute cette histoire »

La société de Jean-Christophe Gilbert s’appelle Weeeb. Il en est le gérant et le seul salarié. Il a dans son fichier des clients connus comme L’Acclameur. Dès le 8 mars, quand les arrêtés préfectoraux ont limité à moins de 1 000 spectateurs les rassemblements autorisés, j’ai pris mon téléphone et j’ai appelé les personnes une à une pour leur dire que tel ou tel spectacle était annulé.

De cette expérience de la gestion de crise, Jean-Christophe Gilbert a voulu en faire profiter un maximum. Un tweet de Niortnumeric daté du 27 mars indique : Jean-Christophe Gilbert, dirigeant de l’agence Weeeb, propose d’aider bénévolement les entreprises qui auraient besoin de renforcer leur communication de crise.


« Chaque cas est particulier »

Que peut apporter Jean-Christophe Gilbert à des collectivités territoriales, des entreprises ou des commerces qui devraient gérer une situation de crise face à ses clients ou à ses fournisseurs ? D’abord mon expérience. J’ai 56 ans et j’ai été confronté à des situations diverses et variées. De cette expérience, j’ai appris que chaque cas est un cas particulier qui demande un suivi personnalisé.


L’entrepreneur quinquagénaire précise : Je connais très bien Niort.

Chaque année, Niort numeric réunit plusieurs dizaines de professionnels du numérique.


« Jouer la transparence »

Pour Jean-Christophe Gilbert, face à une crise comme le coronavirus, il ne faut surtout pas sur-réagir dans sa communication. Il ne faut pas donner non plus l’impression que l’on cache des choses, cela veut dire qu’il faut jouer au maximum la transparence. Jean-Christophe Gilbert estime qu’avoir dirigé un magazine de presse écrite lui a donné le sens de la hiérarchisation de l’information. Il ne faut pas tout donner d’un coup. Il faut y aller par étapes. Dire, ça, c’est important, ça, ça l’est moins et puis en troisième point, on pourra aborder telle autre information.


Un effet inévitable de sidération

Pour le moment présent, Jean-Christophe Gilbert comprend très bien qu’il y a un effet inévitable de sidération, mais sitôt le pic passé, il faudra retrouver ses esprits et faire en sorte de rebondir très vite. Et le patron de Weeeb de conclure : Ce n’est quand même pas banal toute cette histoire !



On peut contacter Jean-Christophe Gilbert à Weeeb, tél : 05 49 24 15 55 ou passer par Sylvie Touzeau de Niort Agglo qui fera suivre : Sylvie. TOUZEAU@agglo-niort.fr


Lien vers l'article


Une co-présidence niortaise pour le SPN

L’assemblée générale du SPN, réseau régional des professionnels du numérique fondé en 2001, a eu lieu dernièrement à Niort, à laquelle ont assisté plus de 120 personnes. Président depuis 2017, l’entrepreneur rochelais Michaël Gouin a passé le relais à deux dirigeants niortais : Jean-Christophe Gilbert (dirigeant de Weeeb) et Sébastien Mahé (directeur de Ria Studio). 


https://www.lanouvellerepublique.fr/niort/une-copresidence-niortaise-pour-le-spn